Galerie Chantal Crousel Home Künstler Ausstellungen Kunstmessen Inventarkatalog Galerieprofil

 Zurück zu Aktuelle Ausstellungen   

Abraham Cruzvillegas    23. Okt - 20. Nov 2010


Please scroll down for English version

Abraham Cruzvillegas
23 octobre - 20 novembre 2010
Vernissage le samedi 23 octobre de 18h à 21h

Ce projet se concentre sur un entre-deux, un espace liminal ou interstitiel. Il s’agit davantage de parler d’une différence et de la difficulté à la décrire. Il est le résultat d’une approche subjective de Paris par Abraham Cruzvillegas, un artiste mexicain, ayant vécu ici pendant trois ans et demi. Pour lui, cette expérience est « quelque chose qui est définitivement incomplet, quelque chose qui se construit en permanence : fragmentaire, contradictoire, étrange, instable, sombre, transparente, chaude, stupide, délirante, chaotique, difforme. C’est le mouvement et la vie, c’est l’amour, c’est le sexe, c’est moi. »

Après avoir vécu à Paris, l’artiste s’est beaucoup interrogé sur la ville, mais principalement sur lui-même, sur sa propre identité à Paris. Cela lui a pris du temps pour comprendre son – supposé – background personnel. Il n’avait pas la conscience ou la volonté de regarder. Il vivait juste à Paris, ses promenades étaient plutôt des déambulations. Quand il a quitté Paris, l’artiste a conservé de nombreuses questions à propos de la ville, questions qui surgissent à nouveau, de manière vague, lorsqu’il s’y promène. Lorsqu’il se souvient de ce qu’était son expérience à Paris, il formule de nouvelles questions sur la nourriture, la vie quotidienne, la ville et ses habitants, ses touristes, ses musées, ses monuments et tout ce qui est supposé être associé à Paris. Il se remémore surtout des éléments essentiels, selon lui, de l’identité parisienne. Ces points ne sont pas toujours mentionnés dans les guides, même les plus étoffés : la Tecktonik, la poésie Slam, la banlieue, la mode, les pieds-noirs, les manifestations ou les grèves d’étudiants et de travailleurs, les sans papiers, Daft Punk et Justice, les chômeurs ou encore les royalistes …. Dans une approche a priori brute et empirique, sa perspective n’est pas celle d’un ethnologue ou d’un initié. Ce n’est certainement pas une démarche touristique. Abraham Cruzvillegas cherche davantage des initiatives personnelles ou locales qui construisent néanmoins l’identité d’une personne.

Depuis quelques années, Cruzvillegas travaille sur une série de projets intitulée Autoconstrucción –auto-construction. Cet ensemble se constitue d’expositions, de livres, de musique, d’un film et d’une pièce de théâtre dans lesquels la question principale est d’appréhender l’identité comme une construction indéfinie, toute en transformation et en instabilité. L’environnement et le voisinage d’Ajusco (Mexique), où l’artiste est né et a grandi, est constitué de maisons construites par les habitants, lentement, sur le long terme, sans budget, avec des matériaux recyclés. Chacun, dans un système d’entraide, travaille avec des matériaux à portée de main et susceptibles d’être utilisés. Des ajouts sont effectués quand les matériaux sont disponibles et quand la nécessité l’exige. L’impulsion est le moteur et le leitmotiv de l’ensemble de sa pratique. À Paris, il tente de réunir des fragments, toujours en suspens, de sa propre identité à travers une approche du temps et de l’espace dans lesquels il a vécu et travaillé, en étant simultanément un immigrant et un protagoniste : Paris.

L’artiste conçoit au sein de la galerie un dispositif sculptural dont les références formelles s’inspirent de la petite ceinture, la cité de la Muette à Drancy (un des premiers grands ensembles), la fameuse zone, le périphérique et les anciennes fortifications de Paris. Cette structure hybride, composée de bois et autres matériaux récupérés, n’est pas pour autant figurative. Elle englobe tout et tout le monde : structures, objets sculpturaux et le public. Afin de développer et de diversifier son propos, Abraham Cruzvillegas a rencontré des personnes possédant des talents particuliers pour le tricot, le chant, l’acrobatie, le jardinage, la musique, le skate, la danse, le dessin, la coiffure pour discuter et échanger avec eux sur ces différents sujets… Ces entretiens, reflétant diverses opinions sur le Paris d’aujourd’hui, sont accompagnés d’images d’inspiration et rassemblés au sein d’un livret. Cet ouvrage, témoin du processus d’élaboration du projet, est mis à la disposition des visiteurs dans l’espace d’exposition. Des éléments organiques et une activité se développent sur et autour de la structure permettant d’observer cette expérience de l’auto-construction et d’un espace interstitiel : silencieusement, lentement mais aussi de manière crue et directe.

***

Abraham Cruzvillegas
October 23 - November 20, 2010
Opening on October 23 from 6pm to 9pm

This project focuses on an in-between, liminal or interstitial space. It mostly involves speaking of a difference and the difficulty of describing it. It’s the result of Mexican artist Abraham Cruzvillegas’ subjective take on Paris, where he lived for three and a half years. For him, this experience is “something definitively unfinished, something cthat is building itself forever: fragmentary, contradictory, weak, unstable, dark, transparent, warm, stupid, delirious, chaotic, crippled. It’s movement and life, it’s love, it’s sex, it’s me.”

After living in Paris, the artist had a lot of questions about the city, but mainly about himself, his own identity in Paris. It took him a while to understand his – supposedly – personal background. He was neither aware of nor willing to look at it. He merely lived in Paris; his strolls were more like wandering. When he left Paris, the artist still had many questions about the city, questions that arise again, in a vague way, when he’s walking around. Whenever he recalls his “Paris experience”, he formulates new questions about the food, about everyday life, the city and its inhabitants, its tourists, museums, monuments and everything that’s supposed to be associated with Paris. He especially recollects the essential elements of what Parisian identity means for him. Even the most in-depth guidebooks don’t always cover these items: Tecktonik dance, Slam poetry, the suburbs, fashion, the pieds-noirs, demonstrations or student and worker strikes, the homeless, Daft Punk and Justice, the unemployed or the royalists… Taking an a priori raw and empirical approach, his perspective is not that of an anthropologist or an initiate. It definitely isn’t a touristic approach. Abraham Cruzvillegas seeks more personal or local initiatives, which nonetheless construct a person’s identity.

In the recent years, Cruzvillegas has been working on a series of projects entitled Autoconstrucción - self-construction - and comprised of exhibitions, books, music, a film and a play. The work mainly deals with the question of identity as an indefinite, unstable construction undergoing transformation. The environment and the surrounding area of Ajusco, Mexico, where the artist was born and raised, is made up of houses, which the inhabitants built gradually over time, without a budget and with recycled materials. Helping each other out, everyone works with the materials at hand. Additions are made when needed and when materials are available.

Impulse drives and is the leitmotif of his entire practice. In Paris, he tries to gather fragments of his own identity, approaching time and space from his lived experience as both an immigrant and a protagonist: Paris.

Within the gallery, the artist is creating a sculptural arrangement, whose formal references are inspired by “la petite ceinture” train tracks circling the perimeter of Paris, the “cité de la Muette” housing project in Drancy (one of the first major ones), the infamous zone, the beltway and the old fortifications of Paris. Made of scrap wood and salvaged materials, this hybrid structure is not figurative, though. It surrounds everything and everyone: structures, sculptural objects and the visitors. In order to develop and diversify his subject, Abraham Cruzvillegas met people with special skills for knitting, singing, acrobatics, gardening, music, skateboarding, dance, drawing, hairstyling to discuss these subjects… Reflecting a variety of viewpoints on contemporary Paris, these interviews, accompanied by images they inspired, are collected in a booklet. This work, which records the process of creating the project, is made available to visitors in the exhibition space. Organic elements and activity developing on and around the structure make it possible to observe – – the experience of self-construction and an interstitial space: silently, slowly but also crudely and directly.



Darstellung :    Aktuelle Ausstellungen   Vergangene Ausstellungen      


 
artnet - Die Welt der Kunst online. ©2014 Artnet Worldwide Corporation. Alle Rechte vorbehalten. artnet® ist eine eingetragene Handelsmarke der Artnet Worldwide Corporation, New York, NY, USA.